Login
blog > n666eo > Good Job Mister Sullenberger

Good Job Mister Sullenberger

Posté par : n666eo - Le Vendredi 23 Janvier 2009 à 10:57

Bonjour à tous !

Je pense ne rien vous apprendre en vous rappellant que le 15 janvier dernier un A320 d'US Airways a fait un amerrissage forcé dans l'Hudon River, quelque part entre Manhattan et le New Jersey...

 

155 passagers et membres d'équipages s'en sont sortis indemnes (plus ou moins quelques blessures légères), ce qui a immédiatement élevé Mr. Sullenberger, le commandant de bord du vol US Airways 1549, au rang de héro. Une place bien méritée. Poser sans dégâts humains une machine de plus 60 tonnes sur l'eau tient de la prouesse plus que de la statistique. Les amerrissages forcés sans victime se comptent sur les doigts d'une main dans toute l'histoire de l'aviation...

 

Je vous invite cependant à suivre l'évolution de l'enquête d'assez près dans les prochains mois. Les médias ont en effet une facilité naturelle à transformer un héro nationnal en criminel en quelques semaines, en s'appuyant de façon tout à fait subjective sur des rapports d'enquêtes trop techniques et factuels pour laisser une quelconque place à la prouesse humaine...

 

Il suffit de revenir quelques années en arrière pour s'en rendre compte... En 2004 le commandant Robert Piché avait posé un Airbus A330 sur une piste des Açores après un plané de 19 minutes, sauvant les 305 passagers et membres d'équipages à sa charge... Lui aussi fut un héro dans le monde entier pendant quelques mois. Jusqu'à ce que le rapport d'enquête explique, entre autres choses, que la vanne de CrossFeed n'aurait pas dûe être actionnée par l'équipage. Et voilà notre héro transformé en pilote dangereux...
Pourtant le rapport ne prétend en aucun cas qu'il s'agit de la cause de panne totale de moteur au-dessus de l'Atlantique. Ca n'a fait qu'aggraver un tout petit peu les choses... Et il fallait quand même une bonne dose de sang froid et de talent pour poser un oiseau de 200 tonnes sans pertes humaines sur un cailloux perdu au milieu de l'Océan... Mais les médias ne lui pardonneront quand même pas cette petite erreur de jugement, dans une situation qui était déjà très critique, avec des alarmes non cohérentes, et un carburant qui semble s'évaporer...

 

Alors je me fais un peu de soucis pour l'avenir du commandant Sullenberger. Il est fort probable que le rapport d'enquête conclue que le terrain de La Guardia ou de Teterboro étaient accessibles. Les médias ne mettront pas plus de 30 secondes à en déduire que le Monsieur Sullenberger n'a en fait pas pris la bonne décision, et à donc fait prendre des risques inconsidérés à ses passagers... En attendant, essayez de vous mettre à sa place : 1 minute 30 secondes après le décollage (donc à basse altitude, environ 1000 mètres) la puissance des DEUX moteurs tombe soudainement à 0. L'équipage se retrouve avec un tas de féraille de plus 60 tonnes transformée en planeur, le tout au-dessus de la mégapôle de New-York à la verticale des quartiers les plus habités. L'équipage a donc eu environ 30 secondes pour reprendre le contrôle de la trajectoire, signaler la situation au contrôleur, tenter de redémarrer les deux moteurs, estimer la meilleure option (entre le pire, et encore pire) et la mettre en place. Au-delà de ces 30 secondes plus question de changer d'avis, il faut aller au bout de l'idée. Chacune des dizaines de décisions prises pendant ces 30 secondes avaient un effet direct sur la survie ou non des occupants de cet appareil et des personnes au sol...

 

Résultat : un amerrissage parfait à un endroit où les secours seraient là en quelques secondes, avec pour conséquence la survie de la totalité des 155 personnes à bord. Comme on dit chez eux : "Good job mister Sullenberger !". Aucune option n'est meilleure que celle de sauver la totalité de ses passagers dans une situation plus que compromise. Essayez de ne pas l'oublier quand les médias essaieront de vous bourrer le crâne en expliquant, rapport à l'appui, que la meilleure solution était de revenir se poser à La Guardia ou à Terterboro... Elles sont faciles à prendre les décisions, 1 mois plus tard, assis dans un bureau chauffé, en repassant en boucle toutes les options disponibles des dizaines de fois, pendant des heures, pour en déduire que l'Hudson n'était pas la meilleure.

 

Attention, je ne remets absolument pas en cause le travail des enquêteurs. Il est nécessaire pour bien comprendre ce qui s'est passé, éviter que cette situation ne se produise à nouveau, et aider les pilotes à faire les bons choix dans le cas où ça se produirait à nouveau (tous les aéroports ne sont pas au bord de l'Hudson...). Ce que je critique c'est la façon dont les médias, et donc forcément l'opinion publique, qu'on le veuille ou non, utilise ces rapports pour tranformer un héro en criminel...

 

Dernier point que je voudrais soulever : une prouesse comme ça ne s'exécute pas seul. C'est un travail d'équipe. Le commandant de bord en est le responsable, par définition, mais sans son équipe, rien n'est possible. Donc je salue au passage le sang froid et le professionnalisme de l'Officier Pilote de Ligne assis à la droite du Commandant, ainsi que de toutes les hôtesses et stewards ! Servir les repas et le café représente 2% des aptitudes de l'équipage commercial. Vous sauver la vie dans un avion en feu ou dans l'eau (je pense à l'accident du 340 Air France à Montréal), sans aucune panique et avec le sourire, ça c'est leur VRAI boulot ! C'est ce pourquoi ils aiment leur métier... Contrairement aux idées reçues, les hôtesses ne sont pas les serveuses les mieux payées au monde, mais bel est bien des gens chargés de votre sécurité dans les pires conditions, qui accessoirement acceptent de vous servir le café...

 

Pour conclure ce billet, je vous renvoie à deux liens commentants le travail de l'équipage du vol US Airways 1549, et qui, au passage, mettent en avant le statut de vélivole du commandant Sullenberger, ce que je ne peux que cotionner ! ;) Bonne lecture !

 

www.gilroy.fr/spip.php

 

www.lemonde.fr/opinions/article/2009/01/22/quand-un-airbus-amerrit-dans-l-hudson-river-par-francis-marmande_1145088_3232.html

 







Commentaires 10 commentaires

Seb le 23 Janvier 2009 à 11:29

C'est vrai que les médias (surtout américains) ont facilement tendance à tout traiter dans l'excès.

Il a sauvé beaucoup de vies avec un talent admirable, mais il n'a pas non plus sauvé son pays d'une guerre ou milité pour sauver les gens qui meurent de faim dans son pays ou ceux que l'armée américaine à attaqué ... à l'échelle du pays son acte mérite-t-il vraiment cette reconnaissance de "héros national" ?

Toutes les stars d'un jour ne sont que des pantins, de la chair à journaliste. S'ils pouvaient traiter leurs sujets avant autant de recul et de sang froid que le pilote, on aurait sûrement pas à s'inquiéter de tout ça.

n666eo le 23 Janvier 2009 à 13:17

Effectivement, le rang de héro, national ou international, ne se justifie pas forcément aux yeux de tous. Mais j'estime que ce n'est pas son "job" de s'occuper de ce que fait l'armée de son pays (même s'il a été pilote de chasse).

Son "job" était de transporter des personnes en toute sécurité dans la mesure du possible... Et en l'occurrence il est même allé plus loin que le raisonnablement possible dans son "job" et c'est ça qui doit être salué...

Si nos dirigeants étaient aussi doués dans leur boulot que Monsieur Sullenberger dans le sien, le monde tournerait nettement plus rond...

Je dirai "chacun son boulot", même si cette remarque est quelque peu égoïste...

Seb le 23 Janvier 2009 à 13:24

"Si nos dirigeants étaient aussi doués dans leur boulot que Monsieur Sullenberger dans le sien, le monde tournerait nettement plus rond..."

Je tire mon chapeau à cette phrase qui conclu parfaitement : )

dante le 23 Janvier 2009 à 14:17

Je ne vois pas trop ce que la politique vient faire là dedans, entre poser un avion comme il le fait régulièrement d'après son passé et diriger un pays de 60 millions de personnes qui ne peuvent pas s'entendre sur le prix de la baguette, y a tout un monde.

Bref, HS ...

Damien le 23 Janvier 2009 à 14:24

Ouai le mec est mérite qu'on parle de lui mais ça devient tout et n'importe quoi.

n666eo le 23 Janvier 2009 à 14:52

Le rapport c'est de faire son boulot consciencieusement, et de penser aux autres plutôt qu'à soit... On peut vraiment pas dire que nos dirigeants, quels qu'ils soient, excellent en ce domaine...
La prouesse, c'est que quelque soit sa formation, personne ne lui demandait de sauver tous ses passagers dans une situation pareille. C'était impossible. 99% des pilotes au monde auraient fait 155 morts voir plus...
Quand un pecno lambda réussit à se sortir d'une situation périlleuse dans laquelle il s'est mis, il est "trop fort". Quand une équipe de seconde division ridiculise la meilleure équipe de première division, ce sont des dieux... Mais quand un mec sauve 150 personnes en faisant appel à des talents qui vont bien au-delà de ce qu'on a pu lui apprendre, ben... c'est son job...

Monde de merde...

n666eo le 23 Janvier 2009 à 15:01

En fait, le but de ce post était de mettre un peu en lumière ce qui justifie le salaire d'un pilote de ligne ou d'une hôtesse. Les passagers ne daignent même pas leur dire bonjour la plupart du temps, ne leur adresse même pas un sourire. Il n'y a que du dédain. Je connais maintenant 150 personnes qui ne vont plus regarder ces cruches d'hôtesse et ces nantis branleurs de pilotes de la même manière... Dommage que les autres ne se rendent pas compte que quand ils monte dans un avion ils confient leurs vies à la jolie blonde qui leur sert le café... Et qu'en cas de soucis ils apprécieront qu'elle ai plus de 3 ans de formation de secours derrière elle...

Seulement le monsieur en costard devant pense beaucoup plus important de se tenir au courant des dernières évolutions de la bourses que de prêter attention aux consignes de sécurité et trouve ridicule de mettre un gilet de sauvetage dans un avion...

Mais passons...

Seb le 23 Janvier 2009 à 16:01

dante > c'est une discussion de commentaires, je ne vois pas où est le problème. Et je ne traite pas des dirigeants français, mais plutôt en général ...

n666eo > je trouve stupide d'applaudir à l'atterrissage (encore que je ne l'ai jamais vu faire) mais j'ai toujours eu un grand respect pour les personnels naviguants. Je voulais juste souligner que si les médias n'en faisaient pas trop au départ, le mec se ferait moins descendre après l'arrivée du rapport. Il a accomplit un exploit qui mérite de reste dans les annales, mais c'est un héros de l'aviation, de New York ... de plein de choses sauf de la Nation. Ce sont les médias qui fabriquent tout ça.

Enfin bref, Georges Abidbol avait raison, de toute façon ...

n666eo le 23 Janvier 2009 à 16:16

Affirm Psyko. Juste un mec ordinaire doué qui en a fait profiter quelques personnes. Dommage qu'il perde sont job dans quelques semaines (ça fini toujours comme ça, pression médiatique, la compagnie est obligée de le mettre dehors...).

Seb le 23 Janvier 2009 à 16:44

Ce que tu peux être pessimiste :p



.laisser un commentaire




Codes html interdits. Les liens sont convertis automatiquement.

Réalisation

Code & Design : Sébastien Cardona

Page générée en : 0.016502s